La complainte d'une mère
poème de Fatou Ndiaye Sow


Un jour
Au lointain Fouta
Un matin, une mère avait dit :
-Hamady, mon petit, je te confie à Dieu

 

Qu'il soit le rampart
Qui te protégera des orages de la vie
Quand tu mêleras ton souffle
A celui des quatre vents
Qu'il fasse de mes prières
Une couronne sur ta tête,
Un tapis de lumière étalé sous tes pas

   

 



 Hamady, mon petit
Je te confie aux quatre saisons
Celle des pluies profondes
Qui foule mes souvenirs
Dans les cendres de la nuit
Celle du chaud soleil
Qui plonge mes pieds tannés
Dans l'océan des feux
Celle qui dépose sur les rives de l'aurore
La rosée du matin
Je te confie, Hamady
A la saison des moissons


-Hamady, mon petit, je te confie à Dieu
Pour que le Maître aux mains de lumière
Dépose sur ta tête sa couronne tissée de gloire





La complainte d'une mère

Suite du poème de Fatou Ndiaye Sow
Peintures sous verre de : Anta Germaine

Retour aux talibés