Alerté par sa soeur Aïssata, l'oncle d'Hamady, Pathé, vient au village discuter avec Yoro, le père d'Hamady.

 

 

 

 

-- Mon cher Yoro, je suis venu te voir pour un sujet qui me concerne puisque je suis le frère de ton épouse, l'oncle d'Hamady. Or ma soeur Aïssata m'a dit que tu veux envoyer Hamady au daara de la ville. Pourtant, il y a le daara du village.

 

 

-- Tu te souviens, Pathé, nous sommes tous les deux allés au daara, au même daara o nous avons souffert, mais beaucoup appris. Je veux offrir la même chose à mon fils Hamady pour qu'il se forge un caractère pétri dans l'humilité, dans le courage et la droiture.

À Dakar, Hamady apprendra le Coran et peut-être même qu'il apprendra un métier.

-- Les temps ont changé, Yoro. Les enfants souffrent dans les villes beaucoup plus qu'ils n'apprennent le Coran. Ils errent dans les rues toute la journée, les seuls métiers qu'ils apprennent sont de mendier et de faire " madame, porter " dans les marchés. Et surtout, ils sont à la merci des boudjoumans, des voyous !

 
 


--Merci Pathé pour ce que tu viens de dire, mais tu sais que la vie est très difficile au village. Les pluies se font rares et on ne cultive plus assez d'arachides pour faire vivre nos familles.



--À Dakar les marabouts se préoccupent beaucoup plus de la dépense quotidienne que de l'éducation coranique de nos petits enfants.
   
  -- Je comprends ton inquiétude, Pathé, mais Dieu est Grand. Il protégera ton neveu. Ma décision est irrévocable. Hamady ira au daara.
 
 


 

Retour aux talibés