LES QUATRE SAISONS PICARESQUES
Fiction
BDROM

Partir. Voilà le verbe ultime que Clara, une jeune femme désabusée, choisira de conjuguer dans le cédérom d’animation Les Quatre Saisons Picaresques. S’inscrivant dans la tradition du road movie, cette fiction interactive invite l’utilisateur à prendre la route pour suivre, à travers les saisons, les aventures picaresques de la voyageuse.

Celui-ci, même s’il ne le sait pas encore, agira sur la structure de l’histoire en modifiant de manière plus ou moins significative l’atmosphère de l’univers proposé. En effet, dés le départ, un choix s’impose. Par le biais de routes aux couleurs différentes, l’interacteur doit décider vers quelle saison il se dirige. Avant de pouvoir emprunter cette route, il devra déterminer quelle portion de l’histoire lui sera racontée en choisissant une cassette qu’il va insérer dans un cassettophone et qui l’amènera à bon port.

L’interacteur pourra donc choisir de parcourir toute une saison et de passer ensuite à une autre ou bien d’aller butiner d’une saison à l’autre via les différentes cassettes qui sont associées à chaque saison (1 ou 2 par saison). Il pourra, grâce à ses choix, faire varier la manière dont se déroule le récit dans sa forme, mais également dans son fond puisque l’auteur associe différents états psychologiques à la narration pour chacune des saisons.

Mais pourquoi la voyageuse a-t-elle choisi de partir? Que cherche-t-elle à fuir ou à trouver en poursuivant un chemin qui ne semble mener nulle part? Ce voyage est-il le miroir d’un cheminement intérieur ? S’agit-il plutôt d’une vaine évasion lorsque l’âme est prisonnière? C’est ce que découvrira l’interacteur s’il accepte d’accompagner la voyageuse jusqu’au bout de la route.

PROCÉDÉ

En ce qui concerne la structure, il s’agit d’un récit éclaté qui refuse la narration strictement chronologique et s’inscrit dans le mouvement contemporain de construction/déconstruction de l’oeuvre. De même, le ton de la narration n’est pas univoque et passe du poétique au réaliste, du littéraire au populaire. En outre, Les Quatre Saisons Picaresques utilise une technique personnelle d’animation qui s’inspire de l’animation traditionnelle tout en utilisant aussi des procédés spécifiques des nouvelles technologies.

De la bande dessinée jusqu’à la littérature, en passant par la photo, il ne restait qu’un pas à faire pour arriver au multimédia. Ce pas, Camille Lavoie le fera suite à un Bac en lettres et communications, en poursuivant une maîtrise en multimédia à l’UQAM. C’est là que le coup de foudre opère. Elle aborde le médium comme le catalyseur de ses multiples intérêts, jouant de cette « matière » comme le ferait un artisan. Patenteuse dans l’âme, elle trouve dans le multimédia de quoi assouvir ses ardeurs en matière de bricolage. Outre le bonheur que lui procure l’outil, c’est aussi le désir de jouer avec les éléments de temps et d’espace du récit qui la fait se tourner vers les arts électroniques. Le rève inavoué de se rapprocher des sciences y est sans doute aussi pour quelque chose.

 


Camille Lavoie , 2002


RÉALISATION

AUTEURS
Réalisation :
Camille Lavoie
Programmation : François Hill
Musique :
Dominique Hamel

PRODUCTION
Camille Lavoie, 2002

Version originale française Macintosh™


POUR COMMANDER

Faites parvenir votre commande par courriel en remplissant le BON DE COMMANDE.

• Une confirmation vous sera envoyée par courriel, avec un choix de modes de paiement.

• Votre copie du cédérom vous sera envoyée par la poste sur réception du paiement.

Disponible en version française
Macintosh™.

Coût au Canada :
25 $ CAN


CAMILLE LAVOIE

De la bande dessinée jusqu’à la littérature, en passant par la photo, il ne restait qu’un pas à faire pour arriver au multimédia. Ce pas, Camille Lavoie le fera suite à un Bac en lettres et communications, en poursuivant une maîtrise en multimédia à l’Uqam. C’est là que le coup de foudre opère. Elle aborde le médium comme le catalyseur de ses multiples intérêts, jouant de cette " matière " comme le ferait un artisan. Patenteuse dans l’âme, elle trouve dans le multimédia de quoi assouvir ses ardeurs en matière de bricolage. Outre le bonheur que lui procure l’outil, c’est aussi le désir de jouer avec les éléments de temps et d’espace du récit qui la fait se tourner vers les arts électroniques. Le rève inavoué de se rapprocher des sciences y est sans doute aussi pour quelque chose.

Camille Lavoie

• PORTFOLIO

INFORMATION : www.AgenceTOPO.qc.ca
T (514) 279-8676 –