TO ORDER


• Fill the form and send your order by email.

• A confirmation will be sent to you by email with a choice of payment methods.

• Your copy of the CD-ROM will be sent by snail mail upon reception of payment.


Macintosh™ and Windows™

Price in Canada:
100 $ CAN


Michel Gardes
Les fleurs du mal
sur la Balise, galerie virtuelle sur Rapsodie no. 15

Tu m’as donné de la boue j’en ai fait de l’or ...

La Revue des Deux Mondes publie en 1855 dix-huit poèmes de Baudelaire sous le titre Les
Fleurs du Mal. Deux ans plus tard, le 25 juin 1857 est mis en vente sous ce même titre un recueil de poèsie, d’une centaine de pièces, divisé en cinq parties : Spleen et Idéal, Fleurs du Mal, Révolte, Le Vin, La Mort.

Fruit d’un labeur d’une quinzaine d’années, l’ouvrage tiré à 1300 exemplaires est saisi en juillet,
suite notamment aux attaques du Figaro dénonçant de « semblables monstruosités ». L’auteur est
condamné le 20 août suivant à une amende et six de ses poèmes sont interdits de publication pour
atteinte à la morale publique.

Vos Fleurs du mal rayonnent et éblouissent comme des étoiles… lui écrira Victor Hugo. Les
éditions qui suivent (1861 et1868) seront augmentées de 35 puis 24 nouveaux poèmes.

Tom Drahos ne nous dit rien de toutes ces péripéties. Son adaptation n’est en rien une oeuvre documentaire, une énième approche critique. Il ne nous propose pas une nouvelle analyse littéraire visant à replacer la création dans son époque, à soutenir de nouvelles interprétations liées aux implications sociales, psychologiques ou psychanalytiques

Ce n’est pas une enquête de plus sur les influences multiples qui ont contribué à forger le génie poétique de Baudelaire ou sur sa fascination pour le nouveau, la modernité, l’exotisme, les paradis artificiels, les bizarreries de la beauté, la mélancolie, ou encore sur son questionnement au sujet de l’inspiration poétique quand la poésie devient à elle-même son objet (Claude Pichois).

 

LES FLEURS DU MAL
from Charles Beaudelaire

French version

Tom Drahos propose une lecture contemporaine des Fleurs du Mal, une réactivation de l’écriture de Baudelaire.

Mélange d’images anciennes, évoquant le XIXe siècle où se rapportant à notre époque ( New-York des beatniks ou Paris du quartier latin), ingénieux montage musical nous faisant glisser à travers tous les genres («grande» musique, mais aussi musique populaire, rock, musiques traditionnelles orientales), voix off, tous ces éléments créent une ambiance, une atmosphère qui mettent en valeur l’esprit qui passe à travers les mots du poète.

Avec l’ordinateur, Tom Drahos réinvente à la fois le livre qu’on feuillette, le conte qu’on écoute ou le spectacle auquel on participe
.




L’œuvre de Tom Drahos, si décalée de prime abord de celle du poète, n’ignore rien de ce qui fait la singularité de Baudelaire . En surface : la provocation, l’agressivité, le dandysme raffiné, l'économie du temps, le goût de l’impur, de la cruauté sadique, de la puanteur ou de la beauté du diable. TD sait aussi quels enjeux se dissimulent derrière l'attrait du Nouveau : pour que toute modernité soit digne de devenir antiquité, il faut que la beauté mystérieuse que la vie y met
involontairement en ait été extraite (CB, Le peintre de la vie moderne, IV La modernité) ou encore : Qu’est ce que l’art pur suivant la conception moderne? C’est créer une magie suggestive contenant à la fois l’objet et le sujet, le monde extérieur à l’artiste et l’artiste lui-même (l’art philosophique).

Plus en profondeur, ce sont peut-être moins les idées ou les systèmes - dont Baudelaire se méfie, y compris cette logique des contraires qu’il affectionne tant - que cette mystérieuse musique au timbre et aux rythmes si particuliers, qui fait le sel de sa poésie. Je me suis contenté de sentir affirme-t-il : voilà bien le seul principe auquel il ne déroge pas.

Tom Drahos ne tente pas d’illustrer littéralement Les Fleurs du Mal : (il) n’illustre pas, il orchestre, il transpose, il amplifie, il réactive (Ph. Dagen). S’appuyant sur son oeuvre plastique, son vécu, sa façon personnelle de sentir sa propre époque, il réactive la modernité des Fleurs du Mal, la modernité dont Baudelaire écrivait qu'elle est le transitoire, le fugitif, le contingent : la moitié de l’art dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable.

 

 

 
INFORMATION : www.AgenceTOPO.qc.ca
T (514) 279-8676 –